Découvertes coté cheval - locomotion et dressage·Notre évolution au fils des jours ...

Notre recherche du moment : assouplir le garrot (Vidéo)

Après la grosse prise de conscience (cf article précédent) de l’importance de la libération énergétique  (des postérieurs à la nuque) nécessaire pour arriver à la cession de nuque sans mors, nous voilà partie sur de nouvelles recherches avec Pakita. Lire la suite « Notre recherche du moment : assouplir le garrot (Vidéo) »

Notre évolution au fils des jours ...

Sérénité retrouvée sous la selle … enfin !! (vidéo)

Quelques mois maintenant que Pakita est travaillée en selle environ deux fois par semaine, à raison d’une petite 1/2 heure à chaque fois. Et bien sûr, il est toujours hors de question de remettre un mors… pour quoi faire ? Lire la suite « Sérénité retrouvée sous la selle … enfin !! (vidéo) »

Découvertes coté cheval - locomotion et dressage·Notre évolution au fils des jours ...

Les bénéfices de l’extension d’encolure …

Cela fait un petit moment que que l’idée de cet article me trotte dans la tête. Mais je ne voulais pas retomber dans les articles existant détaillant avec brio le côté technique de l’extension d’encolure. Lire la suite « Les bénéfices de l’extension d’encolure … »

Découvertes coté cheval - locomotion et dressage

Dresser sans mors … les demi-arrêts

 

Autre notion bien souvent avancée par les détracteurs du « sans-mors » au dressage, est « l’impossibilité » d’avoir une fonction « releveur » sur un side. Je pense que tout le monde pense aux demi-arrêts et par là même, au report de poids sur les postérieurs et à l’abaissement des hanches dans l’ultime recherche du rassemblé. Lire la suite « Dresser sans mors … les demi-arrêts »

Autres découvertes : sans mors, relationnel et autres ...·Découvertes coté cheval - locomotion et dressage

Dresser sans-mors … la cession de mâchoire

… Qui de l’œuf ou de la poule ? …

Les détracteurs du « sans-mors » en dressage avancent principalement l’impossibilité de demander une cession de mâchoire. C’est une évidence que l’on ne peut nier… « sans mors », c’est impossible !

Et pourtant, nous recherchons tous la décontraction qui permettra à nos chevaux d’avoir des allures plus brillantes, d’obtenir des mouvements plus légers … Lire la suite « Dresser sans-mors … la cession de mâchoire »

Autres découvertes : sans mors, relationnel et autres ...

Dresser sans-mors … est ce possible ? et jusqu’où ? … Introduction.

IMG_5467rsUne question que je me suis bien souvent posée …

Une question que l’on croise de plus en plus souvent sur les forums et qui crée à chaque fois de grosse polémiques.

Toutes ces lectures m’ont fortement mise dans le doute. On n’oublie pas non plus, des sensations d’une vingtaine d’années en quelques mois. D’autant que tous les chevaux que l’on voit monter sans-mors ou avec cordelette sur le net  ont été dressés avec une embouchure. Il n’y a rien de spectaculaire en soit à retirer le mors d’un cheval déjà mis. Il connaît son boulot et l’effectuera de la même manière à partir du moment où le cavalier à un niveau suffisamment avancé pour maîtriser le langage de son corps et de son énergie.

Ce qui m’intéresse, c’est de progresser de A à Z sans  mors. Mais je n’ai malheureusement jamais trouvé d’exemple à suivre à ce jour… Aidée de ma prof, et bien sûr de ma jument sans qui je ne serais qu’une moitié de cavalière, je vais donc poursuivre ce petit défi et voire où cela nous mènera.

Je n’aime pas « sauter » dans une mode ou l’autre, sans avoir fait le tour de la question en y adhérant par ce que untel ou untel le dit, ou pire, par ce que c’est à la mode de suivre telle tendance. Je trouve autant de source d’inspiration dans l’éthologie que dans le dressage « classique ». Je suis en recherche perpétuelle de l’association des deux, et ce, pour le plus grand plaisir de ma jument qui sait me le rendre à travers la relation que nous avons tissée mois après mois durant ces 5 dernières années.

Je ne fais donc pas partie des clans « sans mors à tout prix ». J’ai vu autant de cavaliers monter dans un esprit de contrainte qu’ils soient en filet ou en licol corde. Tous est histoire de tact et de philosophie. Monter sans mors ne prouve rien de plus à mes yeux. Jusqu’à maintenant, je n’ai pas ressenti le besoin de remettre le mors, c’est tout !

J’ai bien eu quelques faiblesses sur le chemin de mes questionnements …
Mais comme toujours, ma jument m’a montré certaines choses qui m’ont convaincue que c’était possible. Je soupçonne ma prof de lui avoir soufflé dans l’oreille qu’il était temps de me montrer … lol

Je ne me permettrais pas de m’avancer, au jour d’aujourd’hui, en affirmant que l’on peut aller jusqu’en haute-école. Pour cela, je dois poursuivre le long chemin débuté en août 2011… Ce blog est le fruit de ma propre expérience et n’a aucunement pour but de critiquer d’autres manières de faire. Comme j’aime le dire « chacun voit midi à sa porte ».

Même si, comme beaucoup, la haute-école me fait rêver, ma priorité restera notre relation. Et nos limites seront celles des capacités physiques de ma jument, avec mors ou pas …
Il est à préciser que le but ultime est bien entendu le rassemblé … que nous commençons gentiment à préparer… la suite à venir pour les beaux jours …

Notre progression actuelle est déjà au-delà de mes simples espérances de cavalière de loisir. N’ayant jamais eu l’occasion de monter un cheval de Haute-école, et même (sans vouloir devenir grincheuse) un cheval mis correctement en Basse-école, chaque mois qui passe m’offre son lot de sensations nouvelles et de découvertes. Je dois touts cela à ma prof qui a su nous guider et sans qui je n’aurais pas su mener à bien la rééducation fonctionnelle de ma jument.

Ne pas avoir vraiment d’objectif précis, ne pas connaître à l’avance les nouvelles sensations que ma jument va me faire découvrir, ne pas avoir de programme défini (ma prof nous délivre à chacune de ses venues une petite pièce du puzzle) et encore moins de date à tenir pour la réalisation de nos rêves, nous permettent simplement de savourer à deux l’instant présent. Chaque jour est un émerveillement. Il m’arrive souvent de me souvenir de nos débuts…  Pakita était (on peut le dire) « handicapée » et particulièrement agressive.
Donc tout ce qui viendra dans les mois à venir ne sera que du bonus…. Mors ou pas !

Ma quête de « vérité » sur les questions du sans-mors commence à prendre forme. Et c’est avec grande conviction que je vois qu’un mors ne nous apportera pas grand chose de plus actuellement… Précisons qu’il s’agit de NOTRE quête et que cela n’engage bien sur que moi… et ma jument !

Cela ne veut pas dire que je rejette l’idée du mors. Selon nos progrès, nous aviserons au fils des mois. Mais il y a bien d’autres fondements à travailler auparavant … .