Posons nous les bonnes questions …

Mes expériences énergétiques de ces derniers mois commencent à me faire prendre grandement conscience du monde de perceptions subtils dans lequel le cheval vit.  Rassurez vous, nous vivons bien dans le même monde, à la différence prêt qu’au fils des siècles, nous avons juste perdu nos capacités, les chevaux… non !

Depuis la nuit des temps, le cheval est un animal de proie. Mais avons nous conscience de ce que cela implique réellement  comme mode de perceptions environnementales propre à leur espèce ?

Malheureusement, le monde de l’équitation est pour beaucoup de cavaliers, le monde de tous les dangers. Et cet à priori nous éloigne d’autant de nos capacités subtiles. Les dogmes de l’équitation militaire ont dénaturés l’équitation de légèreté et de respect que recherchaient nos ancêtres.

Rappelons nous tout de même,  que les militaires avaient besoin de chevaux aptes a être monté au combat en un minimum de temps, histoire de ne pas perdre de sous à nourrir des chevaux inutiles dans leurs écuries…. alors le respect du cheval … pffff ! hein !  Et pour ce faire, tous les moyens étaient bons pour contraindre les réfractaires. Un but en soit tout compte fait pas tant éloigné que ça d’une majorité de club qui déplace cette guerre sur les terrains de concours…

Regardez les yeux d’un enfant à la rencontre de son premier cheval … Serait ce là, le rêve que vous y voyez ?

Certes …

Nous nous « amusons » tout de même avec quelques 600 kg. Et 600 kg dans l’incompréhension, dans les défenses même, ça peut piquer ! Posons nous les bonnes questions … Pourquoi donc nos chevaux sont ils dans l’obligation de nous dire « non » avec autant de détermination ?

Nous les bichonnons. Nous leur achetons des friandises à la pomme, du matériel higt-tech à un oeil … mais répondons nous réellement à la nature profonde de cette espèce tellement éloignée de notre société emprise de faire valoir,   de stress et de codes sans lesquels les humains se trouvent perdus ?

Le cheval est t’il capable de changer à ce point son authenticité pour nous faire plaisir, sans anéantir la simplicité de sa nature profonde ?

Tous les utopistes du monde équin (dont je suis heureuse d’appartenir) ont su faire tomber leur peurs, se sont détournés de l’enseignement militaire, ont reconnus l’intérêt du retour à leur nature humaine authentique (un véritable travail sur soi-même)  afin d’aller à la rencontre  du  cheval.  Et c’est avec grand plaisir que je rencontre de plus en plus de cavaliers sur ce même chemin qui vivent tout simplement leur rêve de gamin…

Sortir des chemins battus des dogmes équestres nous ferait il retrouver notre âme d’enfant ? 

Ce chemin est bien entendu un chemin de doutes lorsque l’on sort des à priori enseignés, ne nous leurrons pas ! Il faut savoir aiguisé son esprit critique afin de ne plus avoir qu’un seul avis : celui du cheval !! Rien ne sert de trainer sur les groupes de discussions qui ne délivrent que des recettes « mécaniques » « théoriques » tout droit sortis des dogmes contraignants  inventés par des réflexions humaines et qui en plus nous jettent dans des conflits d’intérêts humains.

Lorsque nous nous mettons à nu, que nous faisons tomber nos armes, nos propres défenses, nos propres blocages physiques et mentaux, nous nous retrouvons sur un terrain d’égalité simpliste dans la compréhension et le dialogue mutuel. Le cheval se sent alors compris, rassuré et n’a plus aucun intérêt de nous montrer son désaccord à travers des défenses dangereuses que nous nous sentons obligé de « contrôler » face à nos propres peurs …

Le cheval se retrouve alors soulagé, compris et peut nous montrer sa vrai nature. Celle d’un être dénué d’anticipation malveillante. Celle d’un être à l’écoute subtil de son environnement et donc de son cavalier si celui ci le mérite.

Et nous avons tous à y gagner puisque nous pouvons dialoguer à nouveau,  libéré de nos peurs, de nos désirs de contrôle, donc de nos blocages. Nous accédons alors au même mode de perception que nos poilus  juste à l’écoute de l’instant présent vécu à deux dans la même simplicité.

L’humain est donc lui aussi capable de retrouver  l’héritage de ses capacités subtiles de perceptions.  

… avec un peu de travail, de remises en question, de volonté et de patience !! …

Publicités

2 réponses à “Posons nous les bonnes questions …

    • Merci Doc 🙂
      La relation est ma priorité. Et sans se préoccuper de ce qu’elle cherche à me dire, la relation devient unilatérale… ce n’est pas mon but 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s