Vers l’harmonie du fonctionnement cérébral cheval/cavalier

En rapport avec les chevaux, une science nouvelle a vu le jour, celle de l’éthologie (scientifique). Cependant, le couple cheval/cavalier implique deux êtres vivants dont les fonctionnements sont différent. Il est donc également important de prendre en compte le fonctionnement de l’humain (notre fonctionnement donc….)  dans la recherche de cette harmonie commune. Et pour ce faire, certaines sciences peuvent nous aider à faire le lien.

L’état de méditation de pleine conscience (autrement appelé : Flow ) devient  (il faut le dire !!)  relativement à la mode dans  notre monde occidental. Le stress de la vie quotidienne nous pousse a chercher des solutions de mieux être. Pour ce faire, les concepts d’art martiaux sont une source formidable de connaissance de soi-même.

Mieux encore, beaucoup de grands cavaliers l’ont compris, ces concepts sont des pages ouvertes sur le monde de nos chevaux et nous commencons à en entendre parler dans le  milieu des sports équestres. Le cavalier se doit d’être dans un état de sérénité total afin d’atteindre l’harmonie tant rêvée. Ce calme intérieur rassure les chevaux. L’avancée de la science neurologique humaine, donne quelques explications concrètes à l’intérêt de cette recherche en tant que cavaliers.

Deux phénomènes sont à prendre en compte…. d’une part, nous savons que notre cerveau possède deux hémisphères dont chacune remplie des fonctions bien différentes. D’autre part, notre cerveau émet des ondes cérébrales  selon l’état émotionnel ou intellectuel dans lequel nous sommes. Ces ondes sont perceptibles  par les êtres vivants de notre environnement via les ondes électriques générées. Les humains n’en prennent pas conscience… les animaux, oui ! Au cours de notre « évolution », nous avons quelque peu perdu certaines fonctions « primaires » de notre cerveau.

Les chevaux ont gardé ce fonctionnement « primaire » basé sur des perceptions de ressentis énergétiques du monde qui les entoure. Leur fonctionnement est bien différent du notre pour qui l’élaboration mentale de tout acte fait parti de notre éducation.

Mon premier « travail » auprès de Pakita a été de découvrir comment en tant qu’humaine archi stressée par l’histoire de ma vie,  je pouvais retrouver mes capacités à retrouver mon ressenti « animal » perdu . Cela fut un long  travail  sur moi-même, bénéfique, tant d’un point de vu équestre que d’un point de vu personnel. Après presque 3 ans de recherches dans ce sens, je commence à entrevoir une autre perception qui jusqu’alors m’était totalement inconnue. Les bénéfices que m’ont apporté ces découvertes dans ma relation avec Pakita sont absolument génialissimes et je me dois de tenter une petite explication sur ce qui m’a aidé à comprendre et à y accéder.

Il y a un an, un début d »explication scientifique m’a permis d’aller plus loin dans cette recherche. J’avais alors écrit cet article : https://lechevalenharmonie.wordpress.com/2013/04/04/la-communication-animale-comment-est-possible/

J’ai depuis avancées dans ces découvertes  et deux phénoménes explicables d’un point de vue scientifique ont appuyé ma compréhension, tout en restant rassuré sur ma santé mentale … De nouvelles découvertes me laissent encore quelques doutes sur ma santé mentale … lol !

A noter, que ce n’est pas pour autant que cela a arrangé ma réputation … hihi ! Il existe des réalités qu’il devient difficile de partager… Mais le ridicule ne tue pas ! Ce que je partage depuis ces découvertes avec Pakita est tellement magique, que l’avis des autres …hein !! 🙂

La synchronisation des deux hémisphères :

Pour simplifier, notre cerveau est composé de deux hémisphères :

hemisphère cerveau

Le cerveau gauche qui est le siège de nos capacités à analyser, à réfléchir, à traiter des informations, à élaborer des plans, à communiquer. C’est cette partie du cerveau qui fait de nous des humains sans cesse dans la réflexion. Et c’est cette partie du cerveau que nous utilisons quotidiennement de part notre éducation qui nous dicte le contrôle de tous dans la réflexion.

Le cerveau droit qui est le siège de nos ressentis, d’une perception non mentalisée. Pour accèder à cette partie de notre cerveau « endormi » car improductif par excellence dans notre vie sociale (que l’on nous dit …), il faut accèder au lâcher-prise. Tout le contraire donc du moule qu’on nous concocte depuis tout petit. Les doux rêveurs sont mis de côtés. Nos intuitions nous sont reprochées. Et ne parlons pas des personnes qui communiquent avec le animaux …

….Les chevaux fonctionnent via leur cerveau droit. 

… Notre société actuelle nous impose de fonctionner via notre cerveau gauche… 

… il y a comme quelques petits grains de sable dans l’engrenage cheval/cavalier …

L’harmonie étant un fonctionnement synchronisé, nous commençons a deviner l’importance d’apprendre à fonctionner selon le modèle de nos chevaux en leur présence (au moins)….  Pour « penser cheval », il faut partager leur perception du monde. Et pour nous, la tâche peut s’avérer énorme.

A tous vouloir contrôler diriger, nous nous éloignons de notre but auprès des chevaux. La simple et bonne raison que notre mode de fonctionnement est totalement opposé. Nous sommes censé être les « êtres supérieurs et pensant » … c’est donc à nous via la découverte du  lâcher-prise (cette bête bizarre) de nous rapprocher de leur monde, et non le contraire…

Les ondes cérébrales :

Notre cerveau émet sans cesse des ondes électriques mesurables par  électro-encéphalogramme. Les neuroscientifiques ont pu classer ces ondes parmis 5 catégories principales :

onde cérébrale 2

–  Les ondes Gamma  gamma  Fréquence de 25 à 65 Hertz

Ces ondes témoignent d’une activité intense du cerveau, par exemple lors de la résolution  d’un problème.  Le stress et la peur peuvent générer ce type d’onde.

Les ondes Bêta  beta  Fréquence de 14 à 24 Hertz

Ces ondes témoignent d’un état attentif, dans une activité cérébrale « normale » de notre vie quotidienne. C’est également la fréquence des ondes émises lors des courtes périodes de rêves lors du sommeil.

Les ondes Alpha  alpha  Fréquence de 8 à 13 Hertz

Ces ondes témoignent d’une activité légére, d’une conscience apaisée, d’eveil calme et de rêve eveillée. La  perception des choses n’est plus réfléchi, ni élaboré mentalement. Ce sont les ondes produites par un début de méditation de pleine conscience où nous vivons les événements sans jugement, sans contrôle tout en restant ouvert à notre ressenti et à notre créativité équestre.  Cet état de conscience apaisée nous permet d’atteindre la synchronisation entre le cerveau gauche (siège des réflexions) et le cerveau droit (siège du ressenti et de la créativité).

– Les ondes Theta theta Fréquence de 4.5 à 7 Hertz

Ces ondes témoignent d’un état de relaxation intense, d’un état d’hypnose profond qui nous donne accès à notre subconscient. L’activité cérébrale est au ralenti. Dans cet état de conscience, il n’y a aucune séparation. En général, la notion de temps disparait et nous nous sentons un avec notre environnement. Cet un état atteind par les méditants expérimentés.

– Les ondes Delta   delta Fréquence de 1 à 4 Hertz

Ces ondes témoignent d’un état  proche de la mort cérébrale. Elles sont cependant normal durant le sommeil du jeune enfant.

…. Nos chevaux aiment le calme et leur fonctionnement cérébral est en mode d’ondes Alpha…

… Notre société stressante nous dicte de tous contrôler et nous fonctionnons (au mieux) en mode d’ondes Bêta … 

… Ce n’est plus un grain de sable, c’est la  montagne entière … 

Lol !!!!

Imaginons ce qu’implique pour certains chevaux sensibles l’arrivée de leur cavalier stressé, remplis de peur, d’anticipations, d’exigences calculées, de colére, de frustration qui fonctionne en ondes Bêta ou pire Gamma ? … Toutes ces activités qui engendrent sans nous en rendre comptes des ondes électriques  absolument perceptibles pour le cheval … Un simple effet Tsunami…

Ont t’ils la capacité de se dire « il est de mauvais poil aujourd’hui, mais cela ne m’est pas destiné » ??? Bien évidément : NON!!  Certains chevaux vont le percevoir comme une agression et y réagir en fonction. Nous ne le faisons certes, pas volontairement, mais eux ne sont pas capable de comprendre que le fonctionnement de notre cerveau nous est personnel et que nos émotions négatives et désordonnées ne leur sont pas destinées. Ils ne font qu’intérragir via leur perception différentes de la notre.  Cette sensation d’agression apportera une incompréhension qui pourra aller jusqu’au refus de coopérer, voire aux défenses plus violentes.

Je regardais à une époque pas si lointaine les vidéos de ces grands cavaliers sereins sur leurs montures obtenir avec « rien de visible » des airs magnifiques… J’en suis loin, mais j’ai un peu plus conscience du partage harmonieux sur tous les plans qui se joue dans le couple. Pour que l’harmonie soit totale, nous nous devons de partager le monde de nos chevaux en fonctionnant à l’unisson et ce, sur tous les plans…

J’ai fait, lors d’une séance, une expérience quelque peu….  intriguante. En tatonnant à la recherche d’un état émotionnel me permettant d’associer la synchronisation des deux hémisphères et de mettre mon cerveau en méditation de pleine conscience, à ma plus grande surprise, j’ai découvert la possibilité que notre cerveau a de se mettre (au plus grand plaisir de Pakita… ) sur des ondes alpha. Moment magique, mais inquiètant tout de même quand on ne s’y attend pas. Je ne pratique pas la méditation dans ma vie quotidienne et toutes mes expériences dans ce sens, je les vis avec Pakita …  J’ai pu monter Pakita en me laissant totalement bercer par ses mouvements, par mes ressentis. C’est une expérience vraiment phénoménale. Tous devient d’une douceur incomparable. Plus personne ne « commande ». Les mouvements sont juste vécus à deux.  L’ancrage est total sans même qu’il soit réfléchi. Et que dire du centrage qui devient tout aussi naturel que de respirer… vraiment, des sensations M.A.G.I.Q.U.E.S. !!!! Mais toutefois, peut être à modérer légèrement …hihi !

En effet, si nous voulons rester « cavalier », cet état ne nous permet plus de travailler sur nous même, ni même de dérouler une reprise avec un minimum de conscience. Je fais donc bien attention maintenant de garder une petite mesure d’activité cérébrale pour travailler sur mon propre corps à la recherche de l’isopraxie…mais quand même … cette expérience fut   tout de même grandiose !! Et qui peut le plus, peut le moins… je pensais même pas en être capable.

Il est certes, plus facile de leur apprendre des codes gestuelles directement sortie de notre cerveau gauche élaboré, que de retrouver nous même nos fonctions primaires 😉 Mais quand on aime on ne compte pas !!! … Notre passion vaut bien quelques remises en question personnelles. Atteindre les sensations de Centaure est absolument impossible à mettre en mot. Ce n’est plus un état « humain » et les mots sont fait pour … des humains …

Moins notre cerveau bouillonne, plus nous avons de chances de nous trouver en sécurité et en harmonie auprès de nos compagnons.  Et ce sont nos chevaux qui savent nous guider sur cette voie de l’harmonie.

Si vous êtes arrivé à la fin de cet article, vous allez vous dire « oui, mais …pas si facile !! « 

Certes, cette approche nécessite un apprentissage de soi-même plus que des connaissances équestres. Elle nécessite un regard neuf et l’abolition de quelques a priori poussiéreux concernant l’image du cheval dans  l’équitation  telle qu’elle est actuellement enseignée dans une grande majorité de club… mais des structures équestres en accord avec cette philosophie voient le jour grâce à l’ouverture d’esprit de certains enseignants…

A préciser tout de même que je ne parle nullement de Bisounours-land. Rien ne nous empêche de dire « non » en restant poli et calme 😉

Advertisements

2 réponses à “Vers l’harmonie du fonctionnement cérébral cheval/cavalier

  1. Très bel article très intéressant. L’état d’être que vous évoquez à la fin s’apparente à la présence et ses 3 aspects indissociables : la conscience de tout ce qui nous entoure, habiter notre corps physique et rester en contact avec notre corps émotionnel. C’est une pratique à investir au quotidien. Par expérience, pratiquer ainsi avec les chevaux amène vers une relation profonde et authentique car cela nous place dans une cohérence globale fort appréciée de la gente équine. Je me permets également de souligner que l’on trouve la 1ère définition de l’éthologie scientifique par Geoffroy Saint-Hilaire en … 1854 … L’éthologie n’est pas si « nouvelle » que cela.

    • Merci 🙂
      Et merci pour ces précisions.
      Je cautionne totalement la descriptions (que j’avais du mal à décrire avec des mots) des 3 aspects indissociables.
      Je suis toujours ravie de faire connaissance avec des personnes qui partagent le même vécu 😉
      Et en effet, c’est fort apprécié par la gente équine. Dans le cas de ma jument qui a eu un passé compliqué avec l’humain et que j’ai récupéré dangereuse, je peux même aller plus loin en disant que c’est ce qu’elle attendait de moi depuis 6 ans pour m’accorder monté sa confiance totale.
      Depuis un mois que je retrouve facilement cet conscience en sa présence, elle est métamorphosée lorsque je me mets en selle (enfin à cru, car elle n’a jamais accepté la selle … peut être à venir !) .
      Elle réclame même cet état en s’arrêtant si mon cerveau se remet un peu trop en route à son goût. Elle s’arrête et refuse de repartir tant que je n’ai pas retrouvé l’apaisement… Elle m’attendait depuis bien longtemps sur ce plan. J’ai conscience que je ne suis qu’au début d’une relation authentique incluant de merveilleux moments de partage. On savoure à deux mes découvertes du moment pour le moment ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s