Quand Pakita me dit …

Ne vous est il jamais arrivé d’avoir une intuition auprès de vos chevaux ?

Ce cheval n’est pas bien … Il est en colique … Ce cheval n’a pas le moral …. Sa selle semble le géner … Son mors le géne …

Ce genre de petites réflexions qui traversent notre esprit mais qui bien souvent est vite effacé par notre esprit cartésien directement sorti de notre éducation.

Par le passé, j’étais (si on peut dire) allergique à tous phénomène de communication animal. L’environnement dans lequel j’ai grandi voulait que chacune de mes actions soient dictées par une logique de réflexion pointue. Je ne laissais rien au hasard. Combien de fois j’ai entendu mes parents me dirent « arrêtes de te faire des films …  » … hum ! ok !! si ils le disent, ils doivent avoir raison.

Puis, en grandissant, je me suis  confrontée au monde social où toute rêvasserie est considérée comme une faiblesse, voire de la folie pure et simple. Tout ressenti est à bannir si l’on veut devenir des guerriers sociaux …  Et j’ai vite fini par me donner un rôle qui n’étais pas le mien pour faire paraître ce que les autres voulaient voire en moi. J’ai caché ma sensibilité infantile derrière une carapace indestructible.

Le monde équestre a été trés loin de m’apporter l’authenticité, pourtant dont tout le monde parle. Encore une fois, on nous laisse croire que la sensibilité d’un cavalier représentent tous sauf un avantage en équitation. Qui n’a jamais entendu « caches ta peur, le cheval va le sentir » … mouarf ! il l’a déjà senti avant même qu’on ait mis les pieds dans son endroit de vie. Mais comme tout le monde, j’y ai cru et je suis tombé dans le panneau de l’autorité gratuite pour éviter de perdre ma place de chef aux yeux des chevaux…  J’ai planqué mes peurs et j’ai fais semblant… comme tout le monde !

Et puis Pakita est entrée dans ma vie ! Avec Pakita, inutile de vouloir jouer au petit soldat, inutile de vouloir cacher quoi que ce soit comme émotion… Elle m’a appris à devenir authentique. Mieux encore que d’apprendre à cacher mes peurs, elle m’a obligé à vivre avec, puis à me faire confiance et à lui faire confiance. Elle m’a appris qu’un échec a une connotation négative uniquement à partir du moment où nous l’imaginons de cette manière. Un échec peut être juste une erreur de parcours positive qui peut alors nous servir à progresser encore plus.   Aucune triche possible ! Aucun costume de valable face à ses yeux. Je me suis retrouvé à nue face à qui j’étais vraiment et surtout face à ce que je me devais de travailler sur moi même pour retrouver mon authenticité perdue.

Elle m’a poussé à apprendre un autre mode de fonctionnement et à laisser tomber mon armure que je m’étais construite durement face aux aléas de la vie.

Elle m’a appris le lâcher-prise. Elle m’a appris l’humilité. Elle m’a appris ce que voulais vraiment dire le partenariat avec un cheval.

En m’ouvrant les yeux sur une autre perception de la vie, elle m’a également ré-ouvert la porte vers cette sensibilité perdue qu’est le ressenti. Cette faculté physique de vivre les choses sans les mentaliser, sans les juger en bien ou en mal, juste en les savourant. C’est pas encore au point tous les jours ! hein … mais quel bonheur de croire en soit à nouveau. Quel bonheur d’entendre ce qu’elle a à me dire et de ne plus me laisser perturber par cette petite voix qui me disait sans cesse « pfff, t’as fini de te faire des idées là « . (Ou pire, même à me laisser influencer par l’avis des autres) … Quel bonheur de comprendre ma jument et de toujours savoir ce qu’elle m’envoie comme message.

Ne nous leurrons pas, j’en suis pas au stade de lui poser des questions et d’entendre des réponses ! lol

Mais un événement « banal » à marquer mon esprit, il y a quelques jours. Pakita a été traumatisée par la connerie humaine et le besoin de pouvoir des cavaliers qui l’ont monté avant moi. La vue d’un stick la rendait agressive tout au début… ce qui en disait long sur l’utilisation qui en a été faite vis à vis d’elle auparavant … Je l’avais désensibiliser au stick, à pied, puis en selle.  Et je pensais naïvement qu’elle avait accepté le stick sans aucune crainte….

Toujours dans mes recherches de me montrer au mieux pour elle, afin de trouver l’harmonie absolue, il y a quelques jours, une évidence m’a traversé l’esprit. Il fallait que je lâche le stick. Je  cherche déjà depuis plusieurs mois la confiance absolue de Pakita (pas encore gagné à 200% comme j’aimerais qu’elle soit). Et je savais que le manque d’impulsion en selle était la traduction, encore, d’une peur que Pakita nourrissait (probablement inconsciemment)  au fond de chacun de ses muscles. Un refus de se livrer en totalité corps et âme au cavalier en écho à la trahison qu’elle a vécu plus jeune avant que je l’achète.

Bornée, j’ai tenté de faire comme j’avais appris à le faire : utiliser les jambes, et un petit rappel (jamais de leçon de jambes, qui aurait remis Pakita dans son passif …) au stick sur l’épaule. Et plus les semaines passaient, plus cela créait le contraire. J’étais dans une sorte d’impasse. Je sentais bien que quelque chose la génait, mais quoi ? J’avais réglé les soucis de matériels (à cru … ben ouai ! le rapport à la selle représente encore le pouvoir du cavalier pour elle) et en side (avec moumoutte pour moins de contrainte). J’avais découvert le lâcher prise et de plus en plus, nos séances se faisait dans un ressenti totale. Mais Pakita m’indiquait encore que quelque chose la perturbait.

Jusqu’à ce jour où Pakita m’a dit « lâches ton stick, ça met mal à l’aise ». Cette évidence à raisonné dans ma tête en quelques secondes. Je n’y avais jamais pensé auparavant.

Je me suis bien sur exécuté et je l’ai senti revivre sous mes fesses. Ses mouvements ont pris de l’ampleur, de l’assurance. Ses allures étaient totalement différentes. Elle ne me regardait plus en frisant les naseaux (et oui ! ça fait parti de son dialogue… rien d’agressif, mais elle est super expressive).   Le simple fait de rapprocher mes mollets la faisait jaillir entre mes jambes, comme jamais auparavant. Autant dire que depuis une semaine, le stick reste dans la sellerie.

Moralité : Il vaut mieux se faire confiance sur nos ressentis plutôt que de faire avec la logique qu’on nous a appris … Chaque cheval est différent et chaque cheval cherche le dialogue… Il suffit de savoir écouter ce qui ne s’entend pas ! Les chevaux ont TOUJOURS raison …  😉 Moins on en fait, plus on obtient … 🙂

NB du 1er avril (ceci n’est pas un poisson 🙂 ) … j’avais mal compris ce que Pakita voulait me dire.  Je suis blonde et parfois je mets un peu de temps a interpréter ce qu’elle m’envoie comme message. Elle voulait tout simplement que je sois avec elle sans exigence autoritaire. Le stick n’était qu’un objet symbole représentant le pouvoir qu’un cavalier peut prendre sur le cheval. J’ai travaillé dans ce sens pour atteindre un état de méditation de pleine conscience et whaouuu ! révélation !! … et j’ai pu reprendre le stick sans que cela n’interfère.

Publicités

4 réponses à “Quand Pakita me dit …

  1. hihi ! Pakita est une futée ..ce sont souvent les chevaux les plus intelligents qui deviennent rétifs s’ils sont bousculés pendant leur éducation, parce qu’ils ne se résignent pas à obéir passivement …

    J’ai un vieux trotteur de 23 ans très malin aussi , et il sait parfaitement m’expliquer ce qu’il a envie et ce qu’il ne veut pas faire ..suffit de regarder son oeil pour le comprendre ..
    à l’inverse, ma Nikita est une vraie crème, super gentille et jamais de réaction négative ..mais pas super futée ..elle se serait laissée imposer beaucoup de choses si elle était tombée entre de mauvaises mains ..
    Quant à la petite dernière, Boréale (lusitanienne de 3 ans) ..elle serait plutôt du type à pas s’en laisser conter ..je pense que la relation sera très forte entre nous (là, je la découvre doucement, elle n’est chez moi que depuis 15 jours même si je la connais depuis 8 mois !..c’est le temps qu’il m’a fallu pour l’apprivoiser, lui passer un licol, et la mettre dans un van en y allant tous les 15 j depuis juin 2013 !! c’était pas gagné au départ .. la miss a du caractère !)
    Mais quel bonheur quand on se comprend … et c’est vrai qu’ils peuvent être incroyablement expressifs quand on leur prête un peu d’attention.. (as-tu lu les livres d’Henry Blake , son expérience est édifiante )

    • Les chevaux ont cette particularité de posséder une immense sensibilité. C’est à double sens … dans de bonnes mains, ce sont des chevaux exceptionnels, mais dans de mauvaises mains, ils peuvent devenir dangereux.
      Je ne connais pas d’ibérique capable de se laisser soumettre. Ce sont des races que j’adore, car ce sont des clown en puissance quand on les laisse s’exprimer 🙂

      Est ce que Pakita est intelligente ? je serais pas objective donc Joker !! :p

  2. elle l’est forcément, au vu de tout ce que tu en racontes , même sans objectivité 🙂 !!
    Boréale est un clown en puissance.. ça j’en suis déjà convaincue …je pense que je vais beaucoup m’amuser avec elle…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s