Un article que je place bien évidemment dans la catégorie « Bibliographie ».  Ma soif de connaissances  me pousse à lire une multitude d’ouvrages. Cependant, j’aime comparer mes lectures afin qu’elles ne restent pas monochromes. La richesse et l’ouverture d’esprit passe à mon sens, par la confrontation d’avis différent.  S’arrêter à UNE méthode, ou à UN enseignement sans comprendre pourquoi nous nous dirigeons plutôt vers ces idées que vers d’autres se résume à mettre des œillères et à ne plus évoluer. Or, il ne suffit pas assez d’une vie pour apprendre de nos chevaux et seuls nos chevaux détiennent la vérité…

De plus, dans notre évolution de cavaliers, une manière de faire qui nous paraissait jusqu’alors juste,  peut se justifier contestable …  car nos chevaux savent nous guider. En effet, l’enseignement actuel ne supporte que peu l’évolution des esprits… on a toujours fait comme ça ! En êtes vous sûrs ? … on a toujours fait comme ça DEPUIS que l’équitation à pris un tournant militaire.  Mais il est dommage de constater qu’un cavalier en recherche de la belle équitation, doive aller s’informer « autre part » pour y découvrir une équitation réellement respectueuse de nos chevaux.  Il n’est jamais trop tard pour s’améliorer, s’ouvrir vers les idées nouvelles qu’apportent l’éthologie scientifique et redécouvrir les idées des maîtres d’équitation d’antan. Nous nous rendons alors compte que l’enseignement actuel est quelque peu faussé par ce besoin impérieux (militaire) de tout obtenir tout de suite au détriment du respect de nos chevaux.

Internet est devenu de nos jours une incontournable source de connaissances dans le partage d’expériences. Je laisse toutefois aux adeptes des guerres de clochers leurs échanges hargneux de cavaliers fermés d’esprit pensant que LEUR manière de faire est universelle … Et malheureusement, Internet regorge de cavaliers obtus qui ne voient que le bout de leur nez… et même pas celui de leurs chevaux. Ce ne sont pas ces lectures qui m’intéressent. Je les évite …

Cependant, il m’a été donné de croiser par hasard deux pages Facebook dont je me délecte chaque jour. L’ouverture d’esprit et la courtoisie communes à tous les participants riches de leur plusieurs années d’expérience en dressage, et même en CSO, font de ces pages des lectures précieuses à mes yeux. Le respect du cheval dans un esprit de recherche de perfectionnement constant y est présent. Les connaissances de chacun sont échangées en toute humilité et tolérance.

Les idées (parfois) divergentes de chaque méthode (qui m’ont bien souvent embrouillé mon cerveau de cavalière en recherches) deviennent limpides. Et c’est avec plaisir que je croise souvent des notions que peu de cavaliers utilisent et admettent :  « comprendre  pour s’adapter  à nos chevaux » et « se remettre en question en tant que cavalier ». 

C’est donc pour ces raisons que chaque matin je suis impatiente d’ouvrir Facebook pour y lire la matinale de Monsieur Luc Pirick. Et  plus tard dans la journée, j’attends  les articles de Monsieur Bernard Mathiè dont l’amour des chevaux est retranscrit dans chaque phrase. C’est un vrai plaisir. Je suis également avec grand intérêt les débats qui suivent enrichis par les connaissances parfois très pointues en biomécanique et en précisions historiques.

Merci Messieurs d’ouvrir votre savoir à des cavaliers de tous horizons en recherche de la belle équitation de tradition Française …

Publicités