Assoiffée de connaissances et de rencontres avec d’autres cavaliers, c’est avec optimiste que j’ai participé par le passé à des groupes de discussions sur le net, ainsi que dans la vraie vie. Mais c’est avec grande déception que j’ai pris conscience des difficultés à échanger entre  passionnés particulièrement dans le milieu équestre.

J’ai pensé à une époque que tous les amoureux de ce formidable animal qu’est le cheval  se réunissaient pour parler de leur passion et pour avancer ensemble vers une meilleure équitation, un respect accru de nos amis.

J’ai rêvé que chacun pourrait apporter sa propre expérience en toute sincérité afin de mettre de l’eau au moulin pour les autres, et ce dans le respect et la tolérance.

J’ai rêvé d’une équitation qui pourrait être un condensé de tous  ces échanges (et peu importe la discipline/la méthode) desquels, je ne prendrais ce qui me causerait pour ma propre problématique du moment avec Pakita.

Mais voilà, j’ai oublié un détail …. Je ne me trouvais plus face à la sincérité et à la simplicité d’un cheval…

Intolérance, jalousie, moqueries, critiques ouvertes, et même parfois  insultes et idées extrémistes,  pouvant aller jusqu’à de véritables guéguerre de clochers formant des clans, voilà la réalité que j’ai malheureusement souvent constatée.

Me serais-je trompée ? Je ne le pense pas, car je sais que chaque cavalier passionné rencontré, et ce, même dans les divergences d’opinion, fait au mieux pour son compagnon. C’est bel et bien le dialogue entre humains qui pose problème. D’autant que la plupart du temps, les pinailleries sont souvent le fruit de désaccord sur des détails insignifiants.

Il est dommage qu’une grande majorité de cavaliers pensent avoir LA vérité au point d’en écraser les autres. Pourtant, un cavalier n’a pas assez d’une vie pour apprendre des  chevaux. C’est à mon sens une véritable école d’humilité. Comment pourrait-on penser que ça y est « nous savons » et comment pouvons-nous dire « jamais ». Chaque cheval a ses propres handicaps, ses propres capacités, sa propre évolution, sa propre empathie, sa propre énergie… bref ! ses propres besoins. Et il n’existe pas UNE méthode universelle (ça se saurait) , mais autant de méthodes qu’il existe de couple cheval/cavalier. Chaque cheval est différent et aura besoin d’une méthode ou même d’un bout de méthode à un moment ou à un autre  de sa vie pour évoluer. L’évolution n’est pas uniquement destinée au cheval. Il faut savoir rester ouvert et savoir garder un esprit critique (dans le sens : « Qui examine attentivement les choses avant de porter un jugement ou de faire un choix « )

Il m’aura fallu un peu de temps pour me rendre compte que mon rêve n’était qu’utopie. J’ai toujours tendance à croire que la nature humaine ne peut  pas être autant superficielle. Mais j’ai été contrainte de me dire « pour vivre heureux, vivons cachés ». J’ai choisi de me recentrer sur LE rêve qui je sais ne me décevra jamais : Pakita ! Et de poursuivre mon chemin en écoutant ma jument et en évitant de me laisser distraire.

DSCN0317rs

… et encore, je ne rentre pas dans les guerre de mors/sans mors ; pieds nus/pieds ferrés ; éthologie/classique ; renforcement positif/renforcement négatif … et j’en passe ! La liste serait bien trop longue et chacun voit midi à sa porte …

Heureusement, quelques exceptions font la règle. Je remercie le petit groupe d’amies fidèles avec qui ‘j’ai grandi » ces dernières années dans ma relation avec Pakita et dans mes connaissances équestres. Merci pour votre écoute, votre soutien … et de me supporter tout simplement en toute tolérance … Vous êtes ma famille équestre !!

Publicités