Les bénéfices de l’extension d’encolure …

extension-d-encolure

Cela fait un petit moment que que l’idée de cet article me trotte dans la tête. Mais je ne voulais pas retomber dans les articles existant détaillant avec brio le coté technique de l’extension d’encolure. 

Je ne suis pas technicienne et j’apprends au jour le jour auprès de ma jument. D’autant qu’il y a de quoi s’y perdre (comme toujours en équitation), car tous les adeptes de l’extension d’encolure donne leur « formule » ou même un nom différent. Je préfère laisser à chacun à sa propre guerre pour me concentrer sur les bénéfices que cela a apporté à Pakita.  Je veux juste aborder ma propre expérience dans le domaine. Chaque cheval a des besoins différents et comme toujours, il faut savoir s’adapter, et surtout attendre et écouter son cheval.

J’ai donc préféré réunir quelques photos de Pakita au fils des années afin de détailler étape par étape notre progression dans le travail…

Année 2009 :

Pakita a 7 ans. Sa croissance osseuse est terminée. Elle  se déplaçait un peu comme tous les ibériques un peu foufou non travaillés ou travaillés à la va-vite. Encolure retournée, dos creux et postérieurs loin derrière.

C’est sur ce genre d’attitude qu’il est dangereux de vouloir chercher le placer. Le placer ne se crée pas, il vient seul suite à un long travail dans le sens d’une bonne locomotion. Placer un cheval dans cette attitude n’aurait comme effet que d’accentuer tous les défauts de locomotion et de surcroît perdre toute impulsion.

2010

Eté 2010 :

Pakita a 8 ans. Je n’ai pas de photos de Pakita nue. Gros bug de mon ordi et un an de photos perdues…  Montée, c’est une catastrophe. Elle creuse son dos car son manque de musculature et de forme physique générale ne lui permet  tout simplement pas de me porter dans le confort. Remarquez son air aimable …

2010 montée

Début  2011 :

Vous noterez l’absence total de garrot. L’encolure haute. Pakita est fortement sur les épaule. Ses abdos sont … inexistant.  Elle se traîne avec les épaules comme une limace : Rectitude zéro !  L’impulsion était d’ailleurs comparable à celle d’une limace… lol !

2011

Après quelques mois à l’herbe de printemps :

Cette photo se passe limite de commentaire. Tous les défauts de sa locomotion sont réunis.  L’embonpoint aidant, cette photo est  typique de  graves défauts de locomotion…  Le pire, c’est qu’à l’époque, rien ne me choquait vraiment. Il a fallu que je fasse appel à ma prof, qu’il se passe un an de travail dans le bon sens pour que je me comprenne que cette locomotion était tous sauf normale…  Personne jusqu’alors ne m’avait appris à exercer mon oeil néophyte…  Maintenant, j’ai mal pour elle de revoir cette photo ! Et pourtant la grande majorité de chevaux de loisir se déplacent de cette manière…

ATTENTION IMAGE CHOC …

2011

Automne 2011 :

Après deux mois de travail dans le bon sens, Pakita commence à comprendre le confort de l’extension d’encolure.  Elle est encore sur les épaules.   Après seulement deux mois de travail, elle est dans l’extension maximale de l’époque. Mais on a rien sans rien et on était parti de tellement loin…  Elle commence à tendre son dos, à gagner en impulsion et à engager un peu plus ses postérieurs. Et ho miracle, mais ce sont des abdos que l’on commence à deviner…

2011 5

 

Eté 2012 :

J’ai peu de photos de cette année là. En effet, je prenais beaucoup de vidéos. Et étant seule lorsque je travaillais Pakita, je n’avais pas la chance d’avoir un paparazzi.

La métamorphose se poursuit. Son dos s’est musclé. Ses abdos se précisent. Pakita ne fonctionne plus à l’envers. Elle a enfin découvert le confort du travail en extension. Et surtout on commence à deviner une ébauche de garrot. Comme quoi, ce n’est pas l’âge du cheval qui définit la morphologie, mais bel et bien le  travail. Pakita a déjà 10 ans … Il n’y a pas d’âge pour apprendre à travailler dans le bon sens.

Elle a durant cette année gagné en impulsion, en rectitude et en un début d’équilibrage. Ses postérieurs engagent sous la masse et elle sait maintenant s’en servir dans un effet ressort durant les transitions (enfin ! pas tous les jours encore… à perfectionner !)

2012 2

Mars 2013 :

IMG_5680

Mon vilain petit canard est en train de se transformer en un bien joli cygne…

2013

Aout 2013 :

DSCN0321rs

Par ce qu’un cheval qui a découvert le confort de l’extension d’encolure y reviendra toujours …. même en liberté !

… en route vers le rassemblée !!!

Il est tout de même à préciser… soyons honnête !  (comme quoi sur une photo sortie d’un shooting on peut vraiment tous faire passer), l’attitude rassemblée que Pakita a sur cette photo n’est pour le moment tenue que sur quelques foulées, dans des circonstances précises. La carrière est en côte et sortie d’un virage plus sérré, elle se doit de mettre toute l’activité dans les postérieurs. L’impulsion de son arrière main se transmet dans un dos actif. Sous l’effet du fort engagement des postérieurs, son avant main se reléve … et voilà !! on y est au placer naturel !!!

Mars 2013 :

2013 2

Vous allez me dire, c’est bien beau, mais qu’en est il monté ?…  Et bien pour le moment, rien ! Tout ce travail a été fait à pied, en longe, sans mors, sans aucun enrennement. Le traumatisme de Pakita n’aurait pas permis le même travail monté avec autant de décontraction et de bonne volonté. Pour Pakita, il s’agissait plus de rééducation fonctionnelle qu’autre chose. Hormis le travail de musculation, c’est toute son ossature qui a évoluer. Un cavalier sur le dos, le travail de ces 18 derniers mois n’auraient pas été aussi bénéfique.

Vous allez me dire … comment en arriver là, sans mors et sans cavalier ? Mais comment est ce possible ? … le plus simplement du monde. Le cheval avant d’être une « mécanique », est une être pensant capable de ressentir son confort. Il suffit de leur faire découvrir qu’il est plus facile de travailler le dos « rond » que le dos « creux ». Le renforcement positif aide beaucoup. Mais tous vient du travail sur l’impulsion. Et inversement … un cheval sera plus performant au fils des entraînements.  Ses capacités physique vont s’amplifier et ses muscles pourront plus facilement créer de l’impulsion. Cela fonctionne dans les deux sens.

En selle… tout le travail est à reprendre du début. L’avenir nous le dira !! rendez vous dans quelques mois …

Publicités

4 réponses à “Les bénéfices de l’extension d’encolure …

  1. C’est ce que je recherche tout comme toi… Peux-tu nous détailler les exos fait en longe ? Beaucoup de barres au sol ? Quel espace entre les barres ? Mon cheval commence aussi à aller vers le bas à la longe et je félicite toujours (R+). Mon problème est plutôt monté. Que ce soit avec ou sans mors, dès que je prends les rênes, il se renverse et se retient dans l’allure. Je travaille maintenant rênes flottantes et c’est pour cela que je pense passer au « sans mors » pour qu’il n’y ait pas de coups dans la bouche. Qu’en penses tu ? Quels exos faire monter également ?
    Merci 🙂

    • Y a pas de secret 🙂 et encore moins d’exercices particuliers. C’est le travail au fils des mois qui fait le « miracle ». Tout comme un athlète qui s’entraine jours après jours et qui progresse grace à son assiduité.

      Oui ! 2/3 séances de barres au sol par semaine, mais toujours en extension d’encolure. Les barres au sol, c’est jamais plus de 2/3 et je ne la fais pas passer dessus toute la séance.

      Je varies beaucoup les transitions (le but étant qu’elle fasse tous en extension d’encolure), la taille du cercle. Et tout dépend du niveau de ton cheval. Le tout début, on ne bossait que sur des lignes droites et un cercle au bout (des patates quoi ! xD).

      Monté, il peut y avoir plusieurs raisons :
      – selle non adaptée
      – douleurs dans le dos (a t’il vu un ostéo ?)
      – peur du mors (ou douleur au mors)
      – habitudes à être monté rênes courtes’ (peut être n’a t’il pas compris qu’il a le droit de le faire)
      – stresse (un cheval stressé se déplace le nez en l’air)
      … bref ! il y a beaucoup de raison à évaluer 😉

      L’extension d’encolure, Pakita n’a pas été travaillé nez au sol (encore un truc où il y a plusieurs méthodes … ). Pour nous l’extension d’encolure, c’est nez au niveau de la pointe de l’épaule. Après, il ne faut pas voire l’extension d' »encolure comme une attitude à demander fixe. Le cheval peut baisser la tête, la relever un peu plus haut. Le but ultime est que le dos fonctionne dans la locomotion.
      Et puis à chaque niveau de travail correspond une extension qui convient selon la conformité du cheval.

      Je dirais que le plus grand pas à faire est de faire comprendre’ à son cheval (toutes causes de douleurs ou d’inconforts écartés 😉 ) qu’il a le droit de le faire et de lui faire découvrir que c’est plus confortable pour lui de fonctionner ainsi un cavalier sur le dos 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s